Les Bleus le font mieux!

En voulez-vous des bonnes?

Défiler vers le bas *

Faits

Sur l’île de Montréal, les cols bleus et les sous-traitants privés se séparent la tâche colossale des travaux publics.

Or, donner la majorité des contrats de travail au privé peut entraîner un lot de conséquences indésirables...

Vous ne trouvez pas ça ridicule?

Constats

Il est faux de croire que donner des contrats au privé réduit les dépenses budgétaires municipales et permet ainsi aux citoyens d'économiser.

Il n’est pas rare que certains sous-traitants privés soient là pour récolter un maximum d’argent, tout en travaillant au minimum. D’ailleurs, saviez-vous que, lorsque le travail est bâclé, ce sont les cols bleus qui sont appelés pour refaire le travail à leur place?

Au final, le citoyen finit par payer deux fois pour la même tâche. Ridicule, n’est-ce pas? Alors, pourquoi continuer de refiler la facture du privé aux citoyens, si la Ville a le personnel en place et l’équipement pour faire le travail?

Faire confiance à ses cols bleus, c’est s’assurer d’un travail bien fait, à un moindre coût et du premier coup. Après tout, personne n’aime refaire le travail de qui que ce soit.

Élagage
Comment les bleus le font mieux?

Avantages

*

Sur le terrain, nous formons une expertise qui ne se retrouve pas ailleurs. Nous cumulons des années d’expérience et un savoir-faire incomparable. Nous appliquons les plus hauts standards de sécurité. Le choix logique, c’est de prioriser la main-d’oeuvre de Montréal plutôt que celle du privé.

*

Travailler avec les cols bleus, c’est aussi agir localement. Nous connaissons votre quartier, vos rues et vos parcs. Nous nous assurons de bien faire le travail en tout temps, parce que nous sommes fiers de notre ville.

*

Enfin, en collaborant avec de la main-d’oeuvre locale, nous réduisons collectivement notre empreinte écologique. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on a à coeur l’environnement.

Ça va de soi : à Montréal, ce sont les bleus qui le font mieux!

Déneigement
Aménagement paysager

Qu'en disent les médias?